QU'EST-CE QU'UN RYTHME ?

CLAUDE ALLIONE

Il est banal de constater que le temps se mesure au rythme de la course des astres ; et non sans effroi, l’homme se demande ce qu’il adviendrait si ces astres figeaient leur mouvement dans une immobilité glacée. Le rythme ( ici nycthéméral ) nous est coconstitutif, et nul ne saurait penser un monde sans rythme.

 

Tout nous rythme.


Rythme est pourtant un de ces signifiants qui cachent leur complexité
derrière une trompeuse évidence. Métonymiquement, on ne sait guère en effet si le rythme est cause ou effet. Si je pénètre dans un concert de percussions, mon corps se trouve enveloppé, emporté, dynamisé par les rythmes. Je danserai peut-être. Mais qu’un jour de petite pluie, ma toiture s’écoule goutte à goutte sur une surface sonore, et voilà que j’entends un rythme dans le
tiptap où il n’existe pas. Est-ce l’homme qui rythme sa perception du monde, ou le monde qui lui impose sa rythmique intrinsèque ?

 

« nous projetons un rythme dans les choses et dans les événements. Cette vaste unification de l’homme et de la nature sous une considération de “temps”, d’intervalles et de retours pareils a eu pour condition l’emploi du mot même, la généralisation, dans le vocabulaire de la pensée occidentale moderne, du terme “rythme”. »*

*

BENVENISTE Émile  

La notion de « rythme » dans son expression linguistique

1951

dans 

Problèmes de linguistique générale, 1

Paris, Gallimard

coll. Tel 

1966

Segment tiré dans .

Allione Claude, « La recherche des rythmes disparus », 

Cliniques méditerranéennes, 2007/1 (n° 75), p. 277-294.

DOI : 10.3917/cm.075.0277.

URL : https://www.cairn.info/revue-cliniques-mediterraneennes-2007-1.htm-page-277.htm

maxime kerneis design signe