L'OEIL .

DE L'ADAPTATION VISUELLE

" Ici, il fait froid et sombre. Je ne peux à peine distinguer les parois humides de ma nouvelle demeure. Détaché de la petite torche électrique, je compte, en premier temps, m’habituer à cette pénombre. Cela prend du temps. Les premières heures passent et au fur et à mesure, mes pupilles se dilatent. Je commence à distinguer les luisants murs de pierre qui me protègent de l’ extérieur. Le temps dans l’obscurité a poussé l’oeil à commuter d’un état diurne à nocturne. Tel un animal dans la nuit, je vois. Je vois se peindre un paysage en nuances de gris. Les couleurs se sont éteintes emportant avec elles le vif rouge de la tente. "

L’oeil est un organe sensible capable de s’adapter à différentes conditions extérieurs par le biais de l’adaptation de photorécepteurs, situés dans la rétine, à la lumière. On leur donne le titre de cônes et

de bâtonnets.

 

" Les bâtonnets permettent de voir dans l’obscurité, tandis que les cônes sont sensibles aux couleurs et détails précis. " *


Alors, immergé dans un environnement obscur, les photorécepteurs rétiniens, cônes et bâtonnets sont différemment stimulés. En effet, ce
sont les
bâtonnets qui sont les plus stimulés, à défaut des cônes demandant une grande quantité de lumière. Ainsi, les couleurs n’apparaissent plus de manière sensible à l’oeil.

*

HUFFMAN Karen

Psychologie en direct 

3e édition, Québec,

Groupe Modulo, 2007

p. 135

Segment tiré de .

KERNEIS Maxime,

Isolatus, du lieu d'isolement comme espace existentiel,

Mémoire de DNSEP, sous la direction de CÔME Tony, EESAB site de Rennes, Section Design, 2017.

maxime kerneis design signe